iEx.ec, le service de cloud computing décentralisé

iEx.ec, le service de cloud décentralisés

Bannière de iEx.ec
Bannière de iEx.ec

Site officiel : http://iex.ec

RLC price:

1 RLC = 0.46400000 EUR
Powered by Crytptocurrency All-in-One Data by CryptoCompare API

 

Salut et bienvenue à tous. Le token iEx.ec ( RLC ) est un token que j’ai découvert il y a peu, si j’ai décider d’en faire un article c’est que je trouve le concept derrière très prometteur, vous comprendrez pourquoi plus bas.

Lancement du token iEx.ec ( RLC )

Le token iEx.ec ( RLC ) est un token fonctionnant sur la blockchain de l’Ethereum ( ETH ). Le montant maximal de tokens émis est fixé à 87’000’000 RLC, dont 60’000’000 RLC ont étés vendu pendant l’ICO.
Voilà qu’on parle d’ICO, effectivement les tokens RLC ont étés émis par une ICO ( Initial Coin Offering ou plus simplement un financement participatif ) qui a drainé plus de 12 millions de dollars ( USD ) en à peine 3 heure, ce qui en a d’ailleurs fait la 5ème plus grosse iCO au moment ou elle s’est clôturé.

Une sortes de cloud computing en p2p

Bien entendu, comme toute ( ou presque ) les cryptomonnaies, iEx.ec à un projet bien défini qui ne se limite pas à une seule monnaie, loin de la.
iEx.ec aspire effectivement à devenir une plateforme de cloud computing reposant entièrement sur les ressources partagés par ses farmers, sur un réseau fonctionnant entièrement en P2P ( Peer 2 Peer = Pair à Pair ).
Les farmers sont ceux qui mettent à disposition du réseau leurs ressources informatiques inutlisées ( le CPU, du stockage, du calcul de GPU, .. ) et, en contrepartie, les personnes utilisant des ressources disponible sur ce réseau doivent payer leurs consommation en RLC. Le montant de RLC payé sera ensuite départagé entre les farmes qui ont mis leurs ressources à disposition.

Rentabiliser les ressources inutilisées

iEx.ec à deux principaux avantages, le premier pour les sysadmin par exemple, en effet il pourraient partager toute ressource non allouée contre une contrepartie en RLC. Sur un serveur cela représente peu, mais si ce sysadmin gère 15 ou 20 serveurs cela représente tout de suites des valeurs plus attrayantes.

Le deuxième avantage est pour les personnes ayant de gros calculs à réaliser. Des calculs requérants en temps normal un super-ordinateur très onéreux pourraient à la place combiner la puissance d’autant de machines que nécessaire, et cela pour un coût largement moindre.

Un troisième avantage qui me vient également à l’esprit est potentiellement le coût énergétique. Étant donné que toute ressource est exploité au maximum, cela revient donc à consommer plus de capacités pour sensiblement la même consommation électrique.
Cela ne représente pas grand chose à l’échelle d’une machine, mais à l’échelle du réseau entier cela représente d’importantes économies.

Le fonctionnement des tâches

Le principe de fonctionnement de ce cloud computing décentralisé serait d’utiliser la blockchain de l’Ethereum ( ETH ) pour assembler une place de marché de la ressource informatique.

Des smarts contracts seraient déployés sur la blockchain et on pourrait y choisir des applications, des ressources, des données, .. Une fois les ressources payés, on lancerait l’exécution de ces applications et iEx.ec s’occuperait de réserver les machines, de déployer les applis, de transférer des données, d’exécuter les tâches et de renvoyer les résultats des tâches sélectionnées et tout sa, automatiquement.

Cas de potentielles utilisations de iEx.ec

Sur le court-terme, les applications dont l’algorithme sont trop lourd pour la blockchain Ethereum et dont les frais en Gas seraient très élevés ou même encore une application dont les données seraient trop lourde pour la blockchain pourraient être les premiers usages potentiels de iEx.ec.

Cela permettrais de réduire les frais liés à certaines applications et également de permettre d’exécuter une plus grande variété d’applications sur la blockchain.

Un autre cas potentiel d’usage serait par les datacenters qui pourraient faire travailler et tirer des revenus de leurs serveurs actuellement inutilisés. Cela réduirait drastiquement les coût des datacenters et limiterais le gaspillage énergétique.

Par la suite, il devrait même être possible d’héberger un serveur web, réparti entre toute les machines qui composent le réseau.

 

Bannière de Coinbase

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *